CHÂTEAU
DE VERDELLES

Mission
Maitre d’oeuvre de l’opération d’amménagement.

Lieu
Poillé-Sur-Végre
Sarthe (72)

Date
2015

Maître d’ouvrage
Client privé

Équipe
Champ Libre
Marie Fourrier – Historienne
Charlotte Piault – Historienne

Surface
10 Ha

Monument classé

« Joyau de la Sarthe » élevé entre 1490 et 1495, le château de Verdelles, illustre la transition entre le gothique et l’influence italienne de la première Renaissance. Il conserve la forme compacte et les attributs défensifs d’une forteresse médiévale, tandis que les décorations et l’ouverture de grandes fenêtres en travées lui ajoutent un grand raffinement.

Le projet est fondé sur une étude historique approfondie qui a permis de comprendre l’organisation initiale des abords du château. La première phase d’aménagement a consisté en d’importants travaux d’abattage et de terrassements afin de retrouver le tracé de l’ancien chemin féodal et réinscrire le monument dans sa relation à la rivière. La rupture topographique, initialement réglée par des murs de soutènements disparus au XXe siècle, est désormais mise en valeur par des murs en béton architectonique, teinté dans la masse, et dont la surface a été travaillée de façon à se fondre à la maçonnerie ancienne.

Verdelles était associé à une métairie prospère et les corps de bâtiments étaient organisés autour d’une cour, à la fois espace de représentation et espace de service. Cette disposition réinterprétée répond aux attentes du propriétaire en matière d’agrément résidentiel, d’intérêt pédagogique et de mise en valeur de l’architecture. L’hybridation stylistique qui caractérise le château a inspiré le contraste entre le design massif de la serrurerie et le motif fleuri du tapis minéral de la cour. Le motif en résille guide le regard vers la porte gothique située sur un côté dérobé de la tour polygonale. Le tapis dépasse de la cour en sable stabilisé et assure l’articulation entre l’axe du chemin féodal et la cour galante composée de travées en pelouse. La répétition des boules de buis et des treilles en acier rappellent les illustrations de jardins médiévaux. La palette végétale est composée de plantes couramment utilisées à l’époque médiévale pour des usages alimentaires ou médicinaux et de fleurs simples dans une gamme de blanc à jaune beurre, en harmonie avec les couleurs du bâti.

La seconde phase d’aménagement sera l’occasion de composer un paysage agricole fictionnel, inspiré des cultures et formations végétales qui auraient pu exister autour du château et de sa métairie au XVIe siècle.